Tous les visiteurs doivent se procurer des billets

Obtenez-les à l’avance
Vous devez vous procurer des billets d’entrée et de « Planète glace », même lorsqu'ils sont gratuits comme c'est le cas pour les membres. Obtenez vos billets maintenant.

  1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. Le Compte rendu de la recherche démontre le rayonnement croissant des collections du Musée

Le Compte rendu de la recherche démontre le rayonnement croissant des collections du Musée

Paul Sokoloff © Musée canadien de la nature

Fermer.

La page de couverture du Compte rendu de la recherche. Image du lichénologue au Musée, Troy McMullin, Ph. D, sur l'ile Axel Heiberg dans l'Arctique. 

le 10 février 2022

Les espèces envahissantes représentent une menace croissante pour les zones terrestres protégées. Une diminution de la diversité des algues microscopiques est liée à la diminution de l’épaisseur de la glace de mer arctique. Le Musée canadien de la nature continue de décrire de nouvelles espèces, y compris une espèce rare de minéral, une anguille préhistorique et une nouvelle guêpe.

Ce ne sont là que quelques résultats des quelque 400 études scientifiques publiées en 2020 et qui sont rapportées dans le dernier Compte rendu de la recherche du Musée. Cette compilation annuelle recense les collaborations de recherche et les publications scientifiques qui ont mis à profit nos collections.

Le Compte rendu de la recherche démontre l’impact croissant des collections du Musée parmi les chercheurs du monde entier. Ces 14,6 millions de spécimens de plantes, d’animaux, de fossiles et de minéraux constituent pour la science un trésor d’information. Un trésor qui permet à d’autres chercheurs de suivre l’évolution de la diversité biologique et géologique au fil du temps. 

Les collections fournissent ainsi les preuves matérielles qui aident les scientifiques du Musée et d’autres à travers le monde à enquêter sur l’évolution, les espèces menacées, les espèces envahissantes, la biodiversité, la conservation, la santé environnementale et même le changement climatique.

Parmi les 436 articles et livres énumérés en 2020, environ le tiers (34 %) impliquaient du personnel du Musée, y compris des boursiers postdoctoraux, ainsi que des associés de recherche affiliés au Musée. Les deux tiers restants (284 articles) provenaient de scientifiques d’autres établissements du Canada et d’ailleurs.

Le nombre global pour 2020 marque une augmentation par rapport aux 385 articles énumérés dans le Compte rendu de la recherche de 2019 et aux 255 recensés en 2018.

Le Compte rendu de la recherche de 2020 montre que des scientifiques de 45 pays citent les données des collections du Musée, qu’il s’agisse de coléoptères, lichens, diatomées, minéraux, mammifères, poissons, plantes vasculaires ou d’autres groupes taxonomiques.

Les pays les plus représentés sont les États-Unis (69 articles), suivis du Canada (45), puis du Royaume-Uni (20). Les articles en provenance d’Espagne, d’Allemagne et du Brésil sont également dans les deux chiffres, 7 pays étant représentés par 5 à 9 articles et 30 pays étant représentés par 1 à 4 articles chacun.

Pendant ce temps, les collections du Musée n’ont de cesse de s’enrichir. S’y ajoutent chaque année quelque 20 000 nouveaux spécimens grâce aux expéditions de recherche (souvent dans des régions éloignées), ainsi qu’à des échanges avec d’autres musées, à des dons des collectionneurs et même à des achats.

Dans de nombreux cas, les données sur les spécimens du Musée, comme le nom de l’espèce, le moment où on l’a recueilli et les coordonnées géographiques, ont été accessibles par ses contributions à des bases de données internationales telles que la Global Biodiversity Information Facility.

Une de ces études, parue dans Nature Communications, se fonde sur les données d’occurrence du Musée pour enquêter sur la présence d’espèces envahissantes à proximité ou au beau milieu de 200 000 zones terrestres protégées à travers le monde. L’équipe de recherche a compilé des données sur 894 animaux terrestres envahissants provenant de 11 groupes taxonomiques. Les résultats ont montré qu’avec la pression environnementale croissante à l’intérieur et à l’extérieur de leurs frontières, les zones terrestres protégées courent un risque accru d’invasion par des espèces non indigènes.

Informez-vous sur l’impact scientifique des collections du Musée canadien de la nature en téléchargeant le Compte rendu de la recherche de 2020 à nature.ca/rayonnement.

.