Sauter au contenu principal
Logo du Musée canadien de la nature.
Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada / See more of the Virtual Museum of Canada.
Texte : Ukaliq le lièvre arctique.
Illustration d'une empreinte de lièvre arctique.
Accueil | Pour les enseignants | Bibliographie | Recherche | English
Texte : Parlons du lièvre arctique. Photo : Un lièvre arctique. Texte : Patrimoine, histoire et art. Photo : Une sculpture en ivoire de morse d'un lièvre arctique. Texte : Étudions le lièvre arctique. Photo : David Gray regarde dans une lunette d'observation. Texte : Jeux et activités. Photo : Un lièvre arctique pris sur le vif.
Texte : Parlons du lièvre arctique. Illustration : « Ukaliq » en écriture syllabique inuktitut, une feuille d'érable et un lièvre arctique.

>

Caractéristiques

>

Comportement individuel

>

Habitat

>

Comportement social

>

Répartition

>

Reproduction

>

Populations

>

Cycle de vie

>

Manger et se 
faire manger

>

Attribution d'un nom 
et classification

Texte : Citation historique.

En évidence

Les premiers récits historiques laissent entendre que l'accouplement des lièvres arctiques sort de l'ordinaire. Dans une communication de 1910 faisant mention de ses observations de la faune au Groenland, Manniche rapporte avec délicatesse que le « membre d'appariement de couleur sombre du mâle était en cette saison presque toujours visible, même lorsque les animaux dormaient ».

- Manniche 1910

 

Illustration 1) Un lièvre arctique mâle faisant parade de son pénis.

Étalage du pénis.

Icône représentant une caméra vidéo.

Pour faire jouer la vidéo :

Version QuickTime (1.3 Mo MOV)

Version Windows Media Player (800 Ko WMV)

 

 

La reproduction

Parade des mâles | À la recherche de l'âme soeur | AgressivitéSexualité

La parade des mâles

Illustration 2) Un lièvre arctique mâle.

Agrandir l'image.Le pénis noir recourbé de ce lièvre arctique mâle est visible sous le ventre.

Les observations de David Gray pendant la saison des accouplements vers la fin de l'hiver à Sverdrup Pass sur l'île d'Ellesmere (avril et mai) consignent pour la première fois un comportement curieux de la part des lièvres arctiques mâles (Lepus arcticus). Ce comportement marque le début de la saison des accouplements chez le lièvre.

La manifestation a lieu à la fin d'une période de repos et de toilettage. De fait, elle suit le toilettage de la fourrure du corps. Pendant que le mâle se dresse sur ses pattes tendues, le long et mince pénis de couleur sombre se déplie et s'étire le long du ventre, s'étendant souvent au-delà des pattes de devant. Tel un fouet, cet étirement du pénis dure environ 1,5 secondes et se répète jusqu'à douze fois en une séance.

David Gray a observé ce comportement pour la première fois tôt en avril. Il est plus fréquent vers la fin du mois et au début de mai. Plus tard dans la saison, il coïncide avec d'autres comportements associés à l'accouplement et se poursuit jusqu'à la terminaison de la période des accouplements vers la fin mai. La manifestation se produit au sein d'importants groupes réunissant les deux sexes, de même que lorsque le mâle est seul.

Illustration 3) Un groupe de lièvres arctiques.

Agrandir l'image.Le troisième lièvre arctique en partant de la gauche est un mâle faisant parade de son pénis.

Ce comportement sert peut-être à stimuler visuellement les femelles et à les amener à s'accoupler. Les lièvres arctiques mâles montrent un intérêt accru pour les femelles avant que celles-ci ne commencent à être réceptives. Il s'ensuit que les mâles doivent être actifs sexuellement pour initier la saison des accouplements. Le comportement du lièvre arctique mâle est peut-être déclenché par l'accroissement de la lumière du jour en mars (dans l'Extrême-Arctique, la luminosité augmente de façon soutenue de décembre à avril). Le moment où ce comportement du mâle apparaît coïncide avec le moment où les accouplements doivent commencer afin de donner aux levrauts suffisamment de temps pour croître avant l'hiver.

Cette coïncidence porte à croire qu'il y a une raison autre que celle de la luminosité croissante au printemps pour expliquer pourquoi les hases deviennent réceptives, même si l'accroissement de la lumière du jour stimule d'autres mammifères femelles (y compris certaines espèces de lièvres) à le devenir. Aucun accroissement supplémentaire de la lumière du jour n'est possible au moment où les femelles doivent être réceptives. En effet, à la mi-avril, le soleil est au-dessus de l'horizon 24 heures par jour.

L'enchaînement de la réceptivité, de la copulation et de l'ovulation est primordial. (L'ovulation est stimulée par la copulation.) Tous les accouplements doivent avoir lieu à un moment spécifique et limité dans le temps. Il faut en effet que la naissance des petits survienne au moment optimal pour leur assurer une alimentation et une croissance adéquates pendant l'été, ce qui leur permettra de survivre à l'hiver qui vient.

   
   

Suivante > À la recherche de l'âme soeur

 

Carte du site | Générique | Commentaires | Avis importants

Mise à jour : 2012-02-20
© Musée canadien de la nature, 2004. Tous droits réservés.
Un site créé par le Musée canadien de la nature, en collaboration avec ses partenaires.

Générique de l'illustration : 1) David R. Gray. 2) David R. Gray. 3) David R. Gray.