1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Médias>
  5. Communiqués>
  6. Un ouvrage sur les poissons de l’Arctique canadien qui fera autorité

Un ouvrage sur les poissons de l’Arctique canadien qui fera autorité

© Candaian Scientific Submersible Facility/DFO, 2014

Fermer.

Un loiup tacheté sur la page couverture du livre.  

Ottawa, le 19 février 2018 - L’intérêt que le Canada porte à l’Arctique n’a jamais été si grand. Avec le rythme dramatique de l’évolution du climat et des écosystèmes du Nord est né le besoin scientifique essentiel de documenter l’état des lieux. Maintenant, la première référence définitive sur les poissons des écosystèmes marins de l’Arctique canadien offre justement un tel point de repère. Marine Fishes of Arctic Canada [Les poissons marins de l’Arctique canadien] est le fruit de plusieurs décennies de travail. Codirigé par des scientifiques du Musée canadien de la nature et du ministère des Pêches et des Océans, ce livre de 600 pages est publié par la University of Toronto Press (en anglais seulement).

Ce premier ouvrage de référence sur les poissons marins de l’Arctique canadien porte sur 221 espèces, soit une trentaine de plus que le nombre enregistré précédemment.  Aucune des 221 espèces n’est une nouvelle découverte. La grande diversité de ces poissons couvre les écosystèmes marins des régions orientales et occidentales de l’Arctique, des côtes tout comme des zones les plus septentrionales de l’océan Arctique canadien. Certains poissons, comme l’omble chevalier, sont connus pour leur intérêt alimentaire et culturel, d’autres, comme le dragon-boa, proviennent des profondeurs du détroit de Davis ou ne sont connus que par quelques rares spécimens de collections muséales.

« Marine Fishes of Arctic Canada est l’aboutissement de plusieurs décennies de recherche scientifique, de collecte de spécimens, de compilation de données et de signalements, de publication des connaissances sur ces poissons, explique l’ichtyologue Brian Coad, Ph. D., co-directeur de cet ouvrage et chercheur associé au Musée canadien de la nature. Cet ouvrage en est le résultat. Il s’agit de la première synthèse des connaissances sur le sujet, qui constituera pendant longtemps une référence de premier ordre pour tous ceux qui s’intéressent à la biodiversité et à la conservation de l’Arctique. »

Les premiers chapitres abordent l’histoire de la recherche sur les poissons arctiques, les habitats, les climats, la pêche, la structure des poissons, les collections de poissons et leur conservation. Une section est également consacrée au savoir traditionnel sur l’environnement.

 « Cet ouvrage est un résumé à jour de la diversité et de la distribution actuelle connue des poissons marins de l’Arctique canadien, déclare le codirecteur James Reist, Ph. D., scientifique principal au ministère des Pêches et des Océans. Les changements rapides que connaît en ce moment l’Arctique ne peuvent se comprendre sans les connaissances de base à jour que résument ce livre et ses documents connexes. Une meilleure compréhension des changements  touchant la biodiversité des poissons arctiques, de leur distribution et de leurs relations écologiques est essentielle à une gestion efficace des eaux marines et des pêcheries de l’Arctique. »

Les 221 espèces appartiennent à 58 familles. Elles comprennent requins, raies, lamproies, esturgeons, ainsi que des poissons osseux, comme les salmonidés – auxquels appartient l’omble chevalier –, les grandgousiers des profondeurs ou encore les poissons dextres. Certaines familles, comme les lycodes comprennent de nombreuses espèces, tandis que d’autres, telles que les caristes et les lançons, n’en contiennent qu’une ou deux. Brian Coad et James Reist ont bénéficié de l’aide de dix autres chercheurs pour constituer la documentation scientifique de l’ouvrage.

On y présente chaque famille : aperçu général, description de chaque espèce comprenant le nom commun, la taxonomie, la description physique et l’identification, ainsi que des renseignements sur l’habitat, la biologie, la distribution, l’intérêt commercial et le savoir traditionnel s’y rapportant. Les noms en français en anglais apparaissent pour chaque espèce. Les noms en inuktitut sont fournis s’il y a lieu.

L’ouvrage comporte un somptueux dessin en noir et blanc pour chaque poisson ainsi que de nombreuses photos et illustrations. De nouvelles cartes de distribution renseignent sur l’aire de répartition connue des espèces par des signalements confirmés dans tout l’Arctique canadien.

Ce livre ravira les résidents du Nord, les biologistes et les écologistes, les groupes environnementaux, les gestionnaires de l’environnement, les entreprises d’extraction oeuvrant dans le Nord, ainsi que des pêcheurs commerciaux et amateurs, sans oublier les autres pays circumpolaires.

Marine Fishes of Arctic Canada se vend 99,95 $. La maison d’édition offre un rabais de 35 % (74,96 $) sur son site Web, utorontopress.com.

« C’est un honneur pour la University of Toronto Press de s’associer au Musée canadien de la nature et au ministère des Pêches et des Océans pour la réalisation de cet ouvrage qui fera autorité, explique Lynn Fisher, vice-présidente, division de la publication de livres, University of Toronto Press.

Marine Fishes of Arctic Canada est dédié à la mémoire de Don McAllister, Ph. D., conservateur d’ichtyologie au Musée canadien de la nature de 1958 à 1986. Sa vision, qui a consisté à s’intéresser au Nord et à commencer la recherche et la collecte de poissons arctiques dans les années 1960, a lancé l’idée d’un ouvrage de référence scientifique exhaustif fondé sur la collection nationale de poissons du Musée. Pendant trois décennies, il a grandement accru la portée de la collection qui, forte de ses quelque 70 000 spécimens, figure aujourd’hui parmi les plus grandes collections de poissons arctiques au monde.   

Grâce à ses programmes de terrain et à son accès à des navires de recherche, le ministère des Pêches et des Océans a joué un rôle de premier plan dans la constitution de cette collection au fil des ans. Pour la rédaction de ce livre, les auteurs ont aussi consulté les collections d’histoire naturelle d’autres grands musées canadiens, européens et américains.

-30-

Un mot sur le Musée canadien de la nature
Le Musée canadien de la nature est le musée national de sciences et d’histoire naturelles du Canada. Il a vocation à transmettre des idées fondées sur des faits, à procurer des expériences instructives et à favoriser une relation enrichissante avec la nature d’aujourd’hui, d’hier et de demain. Il y parvient grâce à sa recherche scientifique, à sa collection de 14,6 millions de spécimens, à ses programmes éducatifs, à ses expositions permanentes et itinérantes, et à son site Web dynamique nature.ca.

Un mot sur la University of Toronto Press
Fondée en 1901, cette maison d’édition universitaire est la plus ancienne du Canada et l’une des plus grandes d’Amérique du Nord avec plus de 180 livres savants et ouvrages de référence et d’intérêt général nouvellement publiés chaque année et le maintien de plus de 3500 titres de publications imprimées. Pour de plus amples renseignements, visitez utppublishing.com.

Renseignements pour les médias, demande d’image, d’entrevue ou d’exemplaire fourni au critique :

Dan Smythe
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613-566-4781; 613-698-9253 (cell.)
dsmythe@mus-nature.ca

Chris Reed
Agent de publicité
University of Toronto Press
416-978-2239 ex. 248
creed@utpress.utoronto.ca